Synopsis de la série télévisée sugar rush
Sugar Rush est une série britannique basée sur le roman éponyme de Julie Burchill. Créée en 2005, elle compte deux saisons de dix épisodes de 25 minutes. Produite entre autre par Julian Murphy ayant précédemment travaillé sur les séries Hex et As If destinées à un public adolescent, Sugar Rush est diffusée sur Channel 4 en Angleterre et MCM en France.

L'histoire est celle de Kim, une adolescente de 15 ans qui vit dans une famille totalement folle et névrosée. Son père, Nathan est un homme lunaire et obsessif, sa mère, Stella une nymphomane irresponsable et son petit frère, Matt, est persuadé de venir d'une autre planète. Lorsqu'elle quitte Londres et emménage à Brighton, elle fait la connaissance de Sugar qui devient rapidement sa meilleure amie.

Kim tombe tout de suite amoureuse de Sugar. Elle est sous le charme et devient rapidement obsédée. L'attitude déroutant de Sugar l'affole et elle ne peut détacher son regard de la jeune fille. Mais Sugar est une hétéro, une vraie « salope » qui couche avec tout ce qui a un pénis. Egoïste, populaire et révoltée, Sugar n'a aucune idée des sentiments de Kim à son égard.

Chaque épisode est une incursion dans le monde étrange et sans tabou de Kim. Tout d'abord incapable de s'accepter en tant qu'homosexuelle, elle cherche un garçon. Puis elle décide de violer Sugar avant de lui révéler ses sentiments sans le vouloir .

Le générique de "One Way Or Another" interprété par Blondie donne le ton de la série. Sur une bande son pop rock, les deux adolescentes boivent, se saoulent, baisent, se déchirent, pleurent, se réconcilient avec passion et violence. Humour, drame, impertinence et réalisme sont au cour de cette chronique délurée et jeune.

Il faut également ajouter que Sugar Rush a gagné un International Emmy Award dans la catégorie programme pour la jeunesse en novembre 2006. Un gage de qualité et de reconnaissance à n'en pas douter.

Le synopsis, en gros, c’est une ado de 15 ans ; Kimberley qui débarque de Londres pour la bourgade super touristique : Brighton (c’est assez mignon, on se croirait presque sur le Vieux Port de Marseille, songez à y faire un tour… à Brighton, j’entends ^^). Elle débarque avec son père (mi homme, mi tablier), sa mère (qu’elle appelle Stella car celle-ci n’est pas du genre très maternelle) et son (fou de) frère, Matt, qui se trimballe avec un aquarium sur la tronche et qui pense être venu d’un autre planète.

Déjà ça vous plante le décor. Et la série est tout à fait à la hauteur, anglaise, drôle, délirante et tout à fait déjantée. C’est très plaisant à voir et c’est beaucoup moins ennuyant que certaines séries. Prenez South of Nowhere, par exemple. Ma foi c’est plutot pas mal mais y a vraiment pas de quoi cassé les briques... la culture anglaise c’est vraiment loin de la culture americaine.

Le début est quite le même j’veux dire pareil une famille qui emménage de l’Ohio pour L.A, mais bon c’est la bonne famille de catho qui dit le bénédicité avant chaque repas qu’y a adopté un black parce qu’ils sont tolérant. Et des que les mômes vont au bahut, ils font tous les rencontres décisives que vous voyez venir à 2 km (genre la fille rencontre sa future meuf, le black rencontre… ben son futur pote, et l’autre frère, son futur rival… bon v’la…)

Là, excusez moi mais quand vous commencez aussi directement, ça accroche carrément plus.

En deux mots, le début commence par le rêve de Kim qui se voit avec Sugar donc en train de l’embrasser et deux secondes plus tard vous la voyez en train de se masturber avec… sa brosse à dent. Et là, la 1ere phrase (qui est la deuxième pour les acharnés ^^) :

Ok so it’s the XXIst century. When a 15th year-old’s using a tooth brush to masturbate about her bestfriend, that really shouldn’t be that big deal

« Ok. On est au XXIeme siècle. Quand une jeune fille de 15 ans utilise une brosse à dent électrique pour se masturber en pensant à sa meilleure amie, ça ne devrait vraiment poser aucun problème. »



Maria sweet


Légèrement trash et méchamment impertinente, «Sugar Rush» est la nouvelle série teenage du moment. Très loin de l'esprit factice et neuneu des séries traditionnelles pour djeun's, «Sugar Rush» évoque avec humour et réalisme les névroses de l'adolescence. Résultat, un intriguant mélange d'émotions et de masturbation.

Lenora Crichlow et Olivia Hallinan a NEW YORK le  20 Nov 2006 pour la remise  des ammy ewards


« Je m'appelle Kim , j'ai 15 ans. Stella, ma mère est une grosse truie que j'ai surprise en flag de baise avec Dale, son décorateur. Résultat : elle se la joue bonne copine avec moi histoire que je ne balance rien à Nathan, mon père. En plus, je suis vierge, lesbienne et obsédée par les nibards de Sugar, ma copine hétéro hyper salope et égoïste. Là-dessus, mon frère Matt est un cinglé persuadé d'être un extra-terrestre et Tom, le fils hétéro de mes voisins homos, me harcèle. »

lesbienne au 21e siecle et ado. La galere ?


Branlette à la brosse à dent électrique

Ça, c’est le pitch de Kim à chaque intro de «Sugar Rush», La série teenage de Channel 4 qui vient de débarquer sur MCM. Produite par l'équipe de «Et alors ?» ( As If ? en V.O.), «Sugar Rush» ne se situe pas dans le giron de «Beverly Hills»: point de parents neuneus, d'ados à brushing ni de leçons morales à deux balles mais une vision décapante de la jeunesse avec vodka, pétards, morpions et branlettes à la brosse à dent électriques. Ajoutez à cela un ton qui évite le tout trash pour osciller entre la comédie pure et le drame, une bande très Brighton Rock (ville où se situe l'action) et vous voilà face à un réjouissant «Angela, 15 ans» revisité par «Ab' Fab'» qui ne s'embarrasse pas du politiquement correct. Car, comme le dit Kim : «Mes parents essaient de me faire croire que la vie c'est Disneyland alors que c'est un porno bien dégueu !»

Stella et Kim - La complicité entre mere et fille une illusion ?

Sugar Rush serie télé Résumé des épisodes
Référencement effectué par Refpowa